Suppression des allocations familiales ?

Dans un pré-rapport remis début janvier 2019 au Premier ministre, figure la suppression des allocations
familiales aux familles des élèves perturbateurs.
La FCPE s’oppose à ce type de mesure punitive et sans aucune portée préventive et formule 10 propositions pour prévenir ce type de situation.

Suite à l’agression d’une enseignante de Créteil par un élève, le Premier ministre Edouard Philippe a demandé à Stéphane Testé, député LREM de Seine-Saint-Denis, Agnès Le Brun, maire LR de Morlaix, et Béatrice Gille, rectrice d’Occitanie, de formuler des préconisations pour établir un plan gouvernemental contre les violences scolaires. Avec un objectif de « responsabilisation des familles » comme indiqué dans la lettre de mission. Dans un pré-rapport remis début janvier, figure la mesure suivante : la suppression des allocations familiales aux familles des élèves perturbateurs.

La FCPE s’oppose à ce type de mesure punitive et sans aucune portée préventive mais propose de :

  • Multiplier la présence d’adultes dans l’établissement
  • Favoriser la responsabilisation des élèves
  • Privilégier la médiation à l’exclusion
  • Organiser le tutorat et le mentorat
  • Instaurer un travail partenarial sur le règlement intérieur
  • Mieux investir les temps hors classes
  • Renforcer les pratiques coopératives
  • Développer la médiation par les pairs
  • Instituer des temps sociaux « hors de la classe »
  • Mettre en place un véritable accompagnement des familles confrontées à la violence scolaire

     

Votre bureau du Maine et Loire